Accueil >
 
Humeurs
 
Écrire pour communiquer
décembre 2014 , par Chauvancy Marie-Claire 

Moyen d’épanouissement personnel, pour Marie-Claire Chauvancy l’écriture est aussi un outil de combat dont devrait se servir les cadres de santé pour faire entendre leur point de vue sur les réformes hospitalières. Le succès des nombreux articles qu’elle a publiés dans ces Carnets plaide en sa faveur.

  La revue de presse des Carnets de santé sur Scoop it - janvier 2014
Carnets de santé a une page Facebook : notes rapides et liens intéressants, sur textes et images - octobre 2012
 
Entretiens
 
Les patients ne demandent pas d’abord à ce qu’on les croit, mais qu’on les écoute sans qu’ils soient jugés. C’est bien souvent parce qu’ils craignent le sentiment des soignants qu’ils se taisent. Ici, la culture a bon dos : elle ne doit pas évacuer l’attention, même si bien évidemment des différences de mentalités existent. Le travail de médiateur consiste à renouer des liens et à faire saisir qu’ils sont possibles. Avec une efficacité thérapeutique certaine !

Il n’y a pas d’opposition entre colloque singulier et santé publique : les deux s’alimentent l’un l’autre. C’est en cela que médecine humanitaire et médecine du travail sont proches. De même la démarche de santé communautaire peut être largement efficace, à condition que la participation des personnes concernées soit réelle, et non un prétexte pour les politiques à faire croire aux gens qu’ils décident.

Nous ne sommes ni totalement contraints par des règles collectives, ni les sujets d’une liberté qui ne s’arrêterait qu’à celle des autres. Nous sommes déterminés et en même temps responsables. Nous sommes jaloux de notre libre arbitre mais avons besoin de cadres et de repères, autrement dit d’un certain paternalisme. Nous sommes dirigés par nos affects mais nous pouvons les orienter. Vieilles questions de la philosophie, cousine de la santé publique qui l’ignore.

 
Problèmes de santé
  Des promesses et des parents épuisés - décembre 2014
 
Organisation des soins
  Déserts médicaux : un problème de définition - décembre 2014
 
Bonheurs du jour
 
Il peut y avoir des vérités ineffables et elles peuvent être précieuses à l’homme au singulier, c’est-à-dire à l’homme en tant qu’il n’est pas animal politique, quelle que soit alors son autre définition. Les hommes au pluriel, c’est-à-dire les hommes en tant qu’ils vivent et se meuvent et agissent en ce monde, n’ont l’expérience de l’intelligible que parce qu’ils parlent, se comprennent les uns les autres, se comprennent eux-mêmes.

  Qu’est-ce qu’un bonheur du jour ? - décembre 2007
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
  • Écrire pour communiquer
• La fatigue d’être exceptionnel (Ehrenberg Alain)
• L’URACA est en danger de mort - Elle compte sur vous pour passer de bonnes fêtes et bien commencer l’année
• Amour, tragédie ou passage inéluctable de nos vies ?
• Une leçon américaine
• Ebola : un nouvel avertissement sans frais ?
• Saturation des urgences - 3 : analyse à l’aune des dernières données
• Prise en charge globale : une démarche précise (Goldwasser François)
• L’hôpital doit redevenir un lieu d’hospitalité (Hirsch Emmanuel)
•  Saturation des urgences - 1 : les fausses évidences
 
 
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être