Accueil  > Professionnels de santé > Elections à l’Ordre infirmier : l’informatique trahie par le papier
 
Professionnels de santé
 
 
Elections à l’Ordre infirmier : l’informatique trahie par le papier
avril 2008, par serge cannasse 

La CNIL a relevé deux failles du système informatique mis en place par le ministère pour les premières élections à l’Ordre infirmier. Mais elles sont plutôt théoriques et n’entraînent qu’un très faible risque en pratique. En revanche, les conditions d’envoi par courrier papier des codes d’identication (login) et mots de passe posent de sérieux problèmes de transmission et de confidentialité, dont les témoignages venus des établissements de santé confirment la réalité.

A partir du 9 avril 2008, les infirmiers choisissent les conseillers départementaux de leur tout nouvel Ordre infirmier. Ce premier vote se fera par voie électronique. L’ampleur de cette élection (près de 500 000 votants potentiels) a soulevé une rumeur de crainte sur cette modalité originale, « la plus importante opération de vote électronique jamais vue sur notre territoire », d’après les termes mêmes de Madame Bachelot-Narquin, ministre de la santé. Interrogée par Infirmiers.com (entretien disponible sur Carnets de santé), celle-ci a répondu : « Le ministère de la santé a retenu une solution de vote électronique qui garantit à la fois l’anonymat, la confidentialité et la sécurité du vote. Cette dernière a fait l’objet d’une expertise indépendante portant sur le système de vote et sa mise en œuvre dont les conclusions ont été communiquées au comité technique d’organisation des élections et à la commission nationale informatique et libertés (CNIL). »

Celle-ci a publié son avis le 22 mars 2008 (délibération du 21 février). Pour elle, les dispositions retenues sont très globalement positives. A deux restrictions près, très techniques, l’une sur « les scellements du dispositif » (le partage des mots de passe permettant de se connecter au serveur de vote est ainsi une sécurité supplémentaire mais n’est pas un véritable scellement au sens de la recommandation de la CNIL du 1er juillet 2003), l’autre sur « le chiffrement du bulletin de vote ». C’est surtout cette dernière qui pose théoriquement problème : « La commission considère que le dispositif proposé par le prestataire reposant à la fois sur un brouillage du bulletin et trois chiffrements successifs ne correspond pas aux recommandations dans la mesure où il ne permet pas de garantir un chiffrement sans interruption du bulletin de vote entre l’émission de celui-ci et sa réception dans l’urne électronique et qu’il n’assure donc pas complètement l’intégrité et la confidentialité du vote. »

En clair, qu’est-ce que cela veut dire ? Olivier Lesobre, de la CNIL, répond : « A priori, une personne mal intentionnée ne pourrait pas modifier le vote d’un infirmier ou voter à sa place. En revanche, elle pourrait connaître le choix qu’a fait cet infirmier. Mais pour cela, il lui faudrait un niveau de technicité très élevé associé à des moyens informatiques importants ou faire partie du personnel du prestataire pouvant accéder aux machines ce qui est peu probable. Dans tous les cas, on ne voit pas bien qui aurait intérêt à mettre en place de telles compétences dans ce but. »

Réponse rassurante, donc. Malheureusement, l’affaire ne s’arrête pas là. En effet, la circulaire DHOS du 03 décembre 2007 relative aux élections des conseils départementaux de l’ordre des infirmiers spécifie : « Un courrier est envoyé à l’électeur lui indiquant, dans des conditions garantissant leur confidentialité, un code d’identification personnel et un mot de passe unique lui permettant d’accéder au système auquel il doit se relier pour voter. » En pratique, ce courrier est envoyé à l’adresse professionnelle du votant, qui est celle en principe enregistrée dans le répertoire ADELI. C’est ici que les soucis commencent, du moins pour les professionnels exerçant en établissements de santé, qui constituent l’immense majorité de la profession.

Ce mode d’adressage nécessite en effet plusieurs pré-requis : une information claire de l’administration des établissements sur les élections et la nature du courrier qui va être reçu par les agents, la transmission effective du courrier au bon destinataire, même en cas de changement de service ou d’établissement, ou en cas d’absence momentanée au moment de l’arrivée du courrier, la destruction du courrier par les personnes n’ayant pas l’intention de voter (pour que leurs identifiants ne soient pas utilisés par d’autres), une assistance téléphonique des DDASS responsables des envois courrier efficace (on peut toujours rêver…). Il suffit de se promener sur les forums d’ Infirmiers.com pour comprendre que ces pré-requis sont loin d’être partout réalisés.

On peut donc craindre légitimement que certaines personnes utilisent les faiblesses réelles du courrier papier pour influencer le vote dans leur sens, d’autant que, si la participation est aussi peu élevée qu’aux élections des autres ordres professionnels, quelques voix peuvent suffire à faire la différence. On peut toujours répliquer que le nombre de candidats et le manque d’affichage clair de leur « programme » rend cette éventualité assez peu probable, en tout cas à une large échelle ; le vrai problème est de savoir si la participation sera importante ou pas. Certes, mais la possibilité de « bourrer » les urnes soulève un sérieux doute sur la mesure de cette participation et surtout ne garantit plus leur caractère démocratique.

Qu’en conclure ? qu’on fera mieux la prochaine fois, les leçons ayant été tirées ? ou à la désinvolture du ministère à l’égard d’une profession ? C’est ce que suggère déjà un article paru sur le site du SNPI (syndicat national des professions infirmières, favorable à l’Ordre), lorsqu’il explique le bilan en demi-teinte des candidatures par la « parution tardive de l’arrêté fixant la date des élections, l’absence de campagne d’information du ministère (même pas une affiche), le manque d’implication de certaines directions d’établissement dans la distribution du courrier, le choix original de la période des vacances scolaires (idem pour l’élection du Conseil Régional fin juillet), la fiabilité relative du fichier ADELI (des milliers de lettres sont revenues NPAI, car une IDE qui change d’établissement dans un même département ne pense pas à effectuer le changement d’adresse),le manque d’information sur ce à quoi s’engage les candidates, s’agissant d’une structure nouvelle où tout est à faire, » etc.

Terminons sur la solution simple et pratique que propose Jean-Jacques Fraslin , médecin généraliste et spécialiste reconnu des systèmes informatiques de santé : « La Carte de Professionnel de Santé (CPS), carte à puce contenant des certificats de signature et d’authentification, aurait pu être utilisée afin de garantir formellement l’identité du votant. Malheureusement si cette carte est implantée depuis de nombreuses années dans le secteur libéral, elle n’est pratiquement pas diffusée dans le secteur des établissements de santé. »

Le communiqué du SNPI donne l’état des candidatures à la clotûre des inscriptions, fin mars 2008. Extraits :

" Pour les élections des Conseils Départementaux d’avril 2008, il a été enregistré par les DDASS :
- 3.348 candidatures pour 1.868 postes de titulaires (des postes de suppléants ne seront donc pas pourvus, mais dans la mesure où il y a des élections tous les deux ans, cela ne devrait pas poser de problème) ;
- dont 1.826 candidatures dans le "collège du secteur public" pour 874 postes de titulaires
- dont 529 candidatures dans le "collège du secteur privé" pour 574 postes de titulaires
- dont 993 candidatures dans le "collège du secteur libéral" pour 420 postes de titulaires

On constate donc clairement un déficit de candidatures dans le secteur privé, avec des départements qui n’auront pas assez de titulaires. Cela n’empéchera pas le déroulement des élections d’avril 2008, mais il appartiendra au Conseil National de l’Ordre (élections en novembre 2008) d’envisager des élections complémentaires en 2009 afin de pourvoir ces postes.

Les départements les plus motivés, qui proposent le plus grand choix aux électeurs, car ils comptent dans les trois collèges plus de candidats que de postes à pourvoir (titulaires + suppléants), sont les Alpes Maritimes, les Bouches du Rhône, avec dans le "collège public" 50 candidats pour 14 postes de titulaires et la Moselle.

En Ile de France, la situation est très contrastée : beaucoup de candidats dans le "secteur public", un déficit de candidatures dans le "collège du secteur privé" (sauf à Paris).

Mention spéciale pour la Seine Saint Denis et le Lot, les deux départements qui ont moins de candidats que de postes de titulaires à pourvoir dans les trois collèges ! Félicitations aux rares candidats, qui sont donc déjà virtuellement élus !"




     
Mots clés liés à cet article
  infirmier(e)s internet lois et système judiciaire systèmes d’information santé
     
Imprimer cet article

2 Messages de forum

  • Bonjour,

    Je me suis inscrit à la DDASS dans le département de Val d’Oise le 28 décembre 2007.

    A l’heure actuelle, je n’ai toujours pas reçu ni un code ni de mot de passe pour voter aux élections à l’Ordre infirmier !

    Que dois faire à votre avis ?

    Je vous remercie par avance.

    • bonjour et merci de votre confiance ! Essayez le numéro de téléphone que le ministère a mis en place pour ces élections : 01.70.95.51.35, entre 8h et 19h. sinon, tentez de joindre votre nouvelle DDASS, mais de ce côté, les "nouvelles du terrain" ne sont guère encourageantes. enfin, je vous conseille vivement de vous rendre sur un forum d’Infirmiers.com : vous y rencontrerez peut-être quelqu’un qui pourra vous donner un bon conseil en ce qui concerne votre DDASS. bien à vous serge cannasse

      Voir en ligne :

 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Histoires de soigner ou le Lavadonf...
• Internat en médecine générale : un parcours initiatique...
• Démographie médicale à Paris : le double langage de la Sécurité Sociale...
• Dépassements d’honoraires : le débat est engagé...
• Formation initiale infirmière : le modèle suisse à Limoges...
• Pourquoi certains médecins prescrivent beaucoup et d’autres moins....
• Toubibs ! merci de fixer vos idées !...
• On manque d’infirmières : oui, et alors ?...
• Infirmières en pratiques avancées : une étude comparative de l’OCDE...
• L’art médical est une enquête policière...
• Problèmes de santé des généralistes : la fatigue et le stress, avant tout...
• Démographie médicale et origine sociale des médecins...
• Pour la reconnaissance au niveau master des sages-femmes...
• Transparence de l’information médicale : pour le Formindep et l’UFC-Que choisir, la loi n’est pas respectée...
• Défense et illustration des ostéopathes...
• Rémunérations des médecins dans 14 pays de l’OCDE ...
• L’Ordre infirmier au complet...
• L’Ordre des pharmacien perquisitionné !...
• Chargée de communication du secteur associatif ? kaissqueussé ?...
• Démographie médicale : une cartographie des généralistes par des généralistes...
• Démographie médicale : les données 2008 de l’Ordre des médecins...
• Quels patients et quels problèmes dans les cabinets des médecins généralistes ?...
• Un communiqué de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes à propos de ses opposants...
• Un appel en faveur de la médecine générale...
• Hommage au Dr Patrice Muller...
• Souffrance psychique : les généralistes « inventent » une maladie...
• Les infirmières libérales en ont assez d’être méprisées...
• Secret médical : du colloque singulier au DMP...
• La représentativité des syndicats médicaux...
• Lettre ouverte aux acteurs de l’éducation thérapeutique du patient...
• Élections à l’Ordre infirmier : taux de participation plus élevé que prévu...
• Visiteurs médicaux, information des médecins et torture...
• Des syndicats médicaux à l’amende pour incitation abusive au dépassement d’honoraires...
• Infirmières, kinésithérapeutes : désOrdres...
• Rémunération des médecins généralistes : les temps changent...
• Les infirmiers en cancérologie pour la reconnaissance de leur spécialité...
• Ordre des infirmiers : un dossier d’Infirmiers.com...
• Création de l’Académie des Sciences infirmières...
• Généraliste, sérieux et drôle : c’est possible !...
• Les infirmières en santé au travail en colloque...
• Cadre de santé : un historique...
• Formation médicale continue "sous dépendance"...
• Comment installer les jeunes médecins dans le désert : les propositions du SMG...
• Deuxième colloque de la Fondation GSK : soigner le sida en Afrique...
• Petit traité de la décision médicale (un livre de Pierre Lecoz)...
• Réforme du statut des praticiens de CHU : une proposition de René Frydman ...
• Les infirmières aiment leur travail, pas leurs conditions de travail...
• Chirurgiens-dentistes : démographie et horizon 2030...
• Réforme de l’Université et facs de médecine...
• Démographie médicale : pour le Conseil national de l’Ordre des médecins, un problème de répartition...
• Médecine du travail et médecine scolaire, spécialités en crise...
• Le Haut conseil des professions paramédicales est officialisé...
• Des hommes sages-femmes...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être