Accueil  > Economie de la santé > Franchise et reste à charge : ne pas confondre !
 
Economie de la santé
 
 
Franchise et reste à charge : ne pas confondre !
février 2008, par serge cannasse 

La franchise devrait être la seule part de dépenses que le patient doit payer de sa poche. En pratique, il n’en est pas de même en France, selon que ce patient dispose d’une mutuelle ou pas et selon qu’il s’adresse à un médecin pratiquant des dépassements d’honoraires " déterminés avec tact et mesure " (code de la santé publique).

À proprement parler, un système logique et cohérent de franchise fait coïncider celle-ci avec le reste à charge, c’est-à-dire ce que les patients - tous les patients - doivent payer de leur poche sans possibilité de remboursement, quitte à instaurer un plafond (adossé ou non aux revenus) ou une exonération totale pour les soins les plus lourds, en particulier hospitaliers (voir entretien avec Pierre-Yves Geoffard dans Carnets de santé). La discussion sur son utilité et son équité peut alors se dérouler en toute clarté. En France, elle est compliquée du fait du ticket modérateur, du remboursement par les mutuelles d’une partie des soins, de l’existence de la CMU et de la CMU complémentaire et enfin par les dépassements d’honoraires. Le résultat en est que franchise et reste à charge sont distincts, et pas de la même manière pour tout le monde.

Avoir ou ne pas avoir une mutuelle

On en trouve une démonstration limpide dans un article de Magali Eymery (inspectrice des produits sanguins labiles), " Sécurité sociale et solidarité : quel avenir ? " publié dans le numéro 17 (hiver 2007) de l’excellente revue de santé publique Sève . En voici quelques extraits :

" En 2004, 8,5% des assurés, soit près de 5 millions, n’avaient pas de complémentaire et devaient donc assumer (un) reste à charge (RAC). Les personnes concernées sont principalement des ménages à faible revenu (…) et des personnes âgées. 15,9% des assurés en ALD et 8,8% des non ALD ont un RAC supérieur à 500 euros en soins de ville, soit 6 millions de personnes (Rapport du 28 septembre 2007 de la mission « Bouclier sanitaire » de Raoul Briet et Bertrand Fragonard avec le concours de Pierre-Jean Lancry). "

Elle cite longuement un article de Didier Tabuteau (responsable de la chaire santé à Sciences Po Paris) publié dans le Monde du 2 août 2007 : " Le seul reste à charge annuel imputable aux seuls tickets modérateurs et forfaits prévus par la sécurité sociale est d’environ 240 euros par personne, et 10% de la population supportent à ce titre, parfois sans assurance complémentaire ou mutuelle, une dépense de plus de 500 euros, qui atteint même, pour 900 000 personnes, le montant de 1 000 euros. Si l’on étend la notion de “reste à charge” (RAC) aux dépassements tarifaires, le montant annuel moyen du RAC s’élève alors à environ 400 euros, et 40% de cette somme sont imputables aux dépassements (d’honoraires) " (voir "Franchises : le débat n’est pas clos" dans Carnets de santé).

À propos des dépassements d’honoraires, elle mentionne un rapport d’avril 2007 de l’IGAS (« Les dépassements d’honoraires médicaux ») : ceux-ci, touchant l’ensemble de l’offre de soins à l’hôpital et en ville à l’exclusion des soins dentaires et optiques, « représentent près de 2 milliards d’euros sur 18 milliards d’euros d’honoraires totaux, dont les deux tiers pèsent directement sur les ménages après intervention des organismes complémentaires ».

Les dépassements d’honoraires : un rôle majeur dans les inégalités

Les conséquences sont très claires : " besoins en santé publique non satisfaits dans différents groupes homogènes de malades : handicapés, personnes âgées dépendantes, porteurs de pathologies lourdes, patients du milieu carcéral, malades en situation de précarité ou ayant droit à la CMU qui n’obtiennent pas de réponse à leurs demandes de soins." (mission odontologie 2003) " 49% des renoncements aux soins concernent la santé bucco-dentaire (soins et prothèses dentaires et orthodontie), 18% les lunettes et 9% les spécialistes " (enquête 2004 de l’IRDES, qui précise que " la principale cause de renoncement est l’absence de couverture par une complémentaire maladie et que " ce sont les ménages d’employés et d’ouvriers, catégories à faibles revenus, qui renoncent le plus. "

Au passage, Magali Eymery remarque c’est bien beau de promouvoir une contraception adaptée à chaque femme "en fonction de sa réalité quotidienne", comme l’a fait une récente campagne de l’INPES, mais que cette réalité, c’est aussi le fait que " pour trouver un gynécologue en secteur 1 à Paris, il faut en contacter en moyenne dix avant d’espérer trouver celui qui prendra 28 euros pour une consultation, les neuf autres demandant en moyenne 76 euros, car il n’existe aucun autre mode d’information pour connaître le montant des honoraires pratiqués par un médecin."

Une autre illustration est donnée par Bruno Spire, Président de l’association de lutte contre le sida Aides, dans le Monde du 1er février 2008 : " Les personnes séropositives doivent déjà payer au moins 500 euros par an pour pouvoir se soigner (déremboursements de médicaments essentiels pour leur qualité de vie ou leur santé, dépassements d’honoraires et actes non reconnus à la nomenclature de l’assurance-maladie, auxquels il faut ajouter les forfaits précités). Or, près de la moitié des séropositifs en France vivent avec moins de 760 euros par mois et un quart vivent avec 628 euros par mois (principalement l’allocation aux adultes handicapés). Ce revenu de subsistance ne donne pas droit à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), prévue pour prendre en charge toutes les dépenses de santé des plus pauvres comme le forfait hospitalier ou les franchises." Il demande " l’accès à la CMU-Complémentaire permettant l’exonération des franchises pour les personnes touchant des minima sociaux du fait de leur maladie ou de leur handicap."

La politique du salami

Dans un point de vue publié le 12 février 2008 par Libération, Didier Tabuteau donne d’autres précisions : " Pour une consultation d’un médecin généraliste pratiquant les tarifs de la Sécurité sociale, (le RAC) représente près de 8 euros sur 22 et pour celle de médecin spécialiste exerçant en secteur 2, tarifée à 50 euros, près de 35 euros !" Mais surtout, il tire la leçon : " Demi-euro par demi-euro, la part de la Sécurité sociale dans le remboursement des dépenses de santé, du moins en médecine de ville et en dehors des affections de longue durée, diminue progressivement. A ce rythme, l’assurance-maladie n’assurera bientôt plus qu’une fraction minoritaire de la dépense. « politique du salami », qui débite, méthodiquement, par fines tranches successives les renforts de la protection solidaire. Ces mesures font le lit, ingénument ou délibérément, d’une privatisation au moins partielle de l’assurance-maladie."




     
Mots clés liés à cet article
  inégalités catégorie sociale CMU franchise ticket modérateur Reste à charge
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Croissance économique et protection sociale...
• Les assurances maladie : un "Que sais je" bienvenu...
• Pourquoi le recours à l’Aide complémentaire santé est-il faible ?...
• Le marché pharmaceutique français : récession en 2012...
• Baisse des cotisations assurance maladie en Alsace Moselle...
• Une convention historique ?...
• La fraude à l’assurance-maladie est rare...
• Médicaments à la poubelle : des milliards d’euros gaspillés...
• La décision éthique en économie de la santé : les choix du NICE...
• Claude Frémont est de retour !...
• Premier bilan des franchises : les malades paient pour les malades...
• Augmenter la CSG, définir un panier de soins, forfaitiser en partie les rémunérations des médecins...
• PLFSS 2009 : les grandes lignes du projet...
• La sous déclaration des maladies et accidents professionnels...
• Note de lecture : Le système de santé en France, par Bruno Fantino et Gérard Ropert...
• Note de lecture : Economie de la santé, par A. Beresniak et G. Duru...
• Communiqué de presse du CISS sur les franchises...
• Déremboursement des mucolytiques et des expectorants : impact sur la prescription des généralistes...
• Médicaments : dans quels pays sont-ils moins chers ?...
• Médicaments : coût plus élevé en France qu’en Europe...
• Une pétition contre la T2A (Tarification A l’Activité)...
• TVA sociale : suite et fin ?...
• Les déremboursements de médicaments favorisent peu l’automédication...
• Les dépenses de soins de ville remboursées par le régime général en 2006...
• Les dépenses de médicaments remboursables en 2006...
• Génériques, droit de substitution, tarif de responsabilité (définitions)...
• Indemnités journalières : la politique de contrôle de la CNAM est efficace...
• Franchise : le point de vue de Jean-Marc Vittori...
• Plainte de Sanofi-Aventis contre 4 génériqueurs...
• Une association de médecins contre la franchise...
• Franchise : le point de vue d’André Grimaldi...
• TVA sociale : Jean Arthuis répond à Jean Peyrelevade...
• TVA sociale : un point de vue de Jean Peyrelevade...
• La franchise : une solution pour l’avenir ?...
• Comment se ventilent les dépenses d’assurance maladie ?...
• Aux États-Unis, la malnutrition coûte 90 milliards de dollars à la société....
• Un entretien avec Bruno Palier dans Libération...
• Alerte sur l’absence de pilotage du financement de l’assurance maladie...
• TVA sociale : le point de vue d’Henri Sterdyniak (OFCE)...
• Le « modèle scandinave » est-il transposable en france ?...
• Plaidoyer pour une branche "dépendance" de la SS...
• Plaidoyer pour une 5ème branche de la Sécurité Sociale pour la perte d’autonomie...
• Les nouveaux médicaments diminuent-ils les dépenses en soins de santé ?...
• AME : l’Etat doit régler sa dette à l’Assurance maladie...
• La TVA sociale en débat (Sénat, avril 2007)...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être