Accueil  > Professionnels de santé > Informations des généralistes : le rapport de l’IGAS
 
Professionnels de santé
 
 
Informations des généralistes : le rapport de l’IGAS
janvier 2008, par serge cannasse 

Résumé du résumé ! du rapport de l’IGAS sur l’information des médecins généralistes sur le médicament. Ses différents acteurs sont passés en revue et des recommandations formulées. Où on s’aperçoit que, contrairement à ce que laisse entendre une bonne partie de la presse, le rôle principal n’est pas donné à l’industrie pharmaceutique, mais à la HAS, et que le metteur en scène a disparu.

Examinons donc la distribution des rôles.

Les bons : les généralistes

Globalement satisfaits, ils estiment cependant que l’information est surabondante et mal hiérarchisée. Cependant, ils ne se sont guère organisés, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays. Il conviendrait de développer les groupes de pairs et les logiciels d’aide à la décision.

Le truand : l’industrie pharmaceutique

Jouant un rôle "prééminent", elle consacre au moins 3 milliards d’euros à l’information sur ses médicaments, dont les 3/4 sont consacrés à ses visiteurs médicaux. L’information est entachée de biais connus (par exemple, sur-valorisation de certains produits, notamment les nouveaux par rapport aux anciens, sans que leur bénéfice soit toujours bien net).

Les médecins en sont conscients, mais font avec ce qu’ils trouvent : l’info est pratique, gratuite et adaptée à leurs besoins. Elle est chère - plus de 25 000 euros par médecin et par an - mais elle détermine largement les parts de marché des différents produits. Elle contribue au volume des prescriptions, ce qu’il faut rappeler : la France est le premier consommateur de médicaments au monde.

Les brutes : HAS, AFSSAPS, CNAM

L’IGAS rappelle que la loi a confié un rôle diecteur à l’HAS (Haute Autorité de santé) en la matière. Bien qu’en progrès, elle ne le joue pas encore suffisamment : messages peu pratiques et peu opérationnels, peu de prise en compte de l’influence de l’industrie, pas d’analyse des besoins des médecins en termes de thèmes à traiter, notamment pour la pratique quotidienne, pas de contact direct avec les médecins.

L’AFSSAPS n’a pas compris que ça n’est pas elle le patron. Elle définit une stratégie de communication sans doute adaptée aux médecins, mais qui contribue à entretenir la confusion de ceux-ci quant à l’action des pouvoirs publics.

Le dynamisme de la CNAMTS est salué. Elle dispose de l’outil des labos : les délégués de l’assurance maladie (DAM), bien acceptés par les médecins. Mais leurs missions ne sont pas toujours claires, les médecins craignent que leur rôle consiste surtout à faire faire des économies et le dispositif n’a pas été évalué, alors qu’il coûte cher (1200 DAM sont prévus pour 2009).

Un second rôle : la presse médicale

Avec un financement estimé à hauteur de 70 % par l’industrie pharmaceutique et l’absence de comités de lecture dignes de ce nom, l’objectivité de la presse (hors Prescrire, sans pub) est fortement interrogée. Notons cependant qu’il semble que les médecins soient attachés à cette source d’informations.

Le critique : l’IGAS

Les recommandations de l’IGAS suivent le constat précédent :

  • La HAS doit s’affirmer comme le patron et pour cela définir une politique de promotion du bon usage du médicament. L’AFSSAPS doit se recentrer sur son rôle de sécurité sanitaire et travailler avec la HAS.
  • Celle-ci doit avoir l’ambition de fournir une information exhaustive et adaptée à la pratique des généralistes (donc se doter d’outils pour cela).
  • Elle doit également s’ériger en agence de surveillance des stratégies d’influence exercés sur eux, par exemple au moyen d’un réseau de médecins sentinelles, et avoir les moyens de pression adéquats.
  • Le rôle d’information de la CNAM doit être clairement explicité par la loi. Ses méthodes doivent s’inspirer de celles, efficaces, de l’industrie.
  • La HAS doit pouvoir mobiliser les DAM ou des prestataires de visite.
  • Dans le but que ces efforts ne coûtent pas une fortune si rien n’est fait pour contrer les efforts des labos, un désarmement commercial de ceux-ci doit être mis en oeuvre (remarquez le lien avec l’action des agences publiques, complètement occulté par les comptes rendus que j’ai pu en lire) : taxe sur la promotion ou objectifs quantitatifs par classes de médicaments. L’objectif doit être de réduire les dépenses promotionnelles par deux.
  • Les experts doivent déclarer leurs conflits d’intérêt, c’est-à-dire les sous qu’ils touchent de la part des labos.
  • Promouvoir l’utilisation des logiciels d’aide à la décision et leur homologation par la HAS.

Le metteur en scène : l’État

Tout cela suppose des moyens et une volonté politique affirmée. À force de répéter toujours la même chose, on se prend à bailler.

Pour consulter le rapport, cliquer ici




     
Mots clés liés à cet article
  médecin généraliste assurance maladie institutions industrie pharmaceutique formation des professionnels de santé
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Histoires de soigner ou le Lavadonf...
• Internat en médecine générale : un parcours initiatique...
• Démographie médicale à Paris : le double langage de la Sécurité Sociale...
• Dépassements d’honoraires : le débat est engagé...
• Formation initiale infirmière : le modèle suisse à Limoges...
• Pourquoi certains médecins prescrivent beaucoup et d’autres moins....
• Toubibs ! merci de fixer vos idées !...
• On manque d’infirmières : oui, et alors ?...
• Infirmières en pratiques avancées : une étude comparative de l’OCDE...
• L’art médical est une enquête policière...
• Problèmes de santé des généralistes : la fatigue et le stress, avant tout...
• Démographie médicale et origine sociale des médecins...
• Pour la reconnaissance au niveau master des sages-femmes...
• Transparence de l’information médicale : pour le Formindep et l’UFC-Que choisir, la loi n’est pas respectée...
• Défense et illustration des ostéopathes...
• Rémunérations des médecins dans 14 pays de l’OCDE ...
• L’Ordre infirmier au complet...
• L’Ordre des pharmacien perquisitionné !...
• Chargée de communication du secteur associatif ? kaissqueussé ?...
• Démographie médicale : une cartographie des généralistes par des généralistes...
• Démographie médicale : les données 2008 de l’Ordre des médecins...
• Quels patients et quels problèmes dans les cabinets des médecins généralistes ?...
• Un communiqué de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes à propos de ses opposants...
• Un appel en faveur de la médecine générale...
• Hommage au Dr Patrice Muller...
• Souffrance psychique : les généralistes « inventent » une maladie...
• Les infirmières libérales en ont assez d’être méprisées...
• Secret médical : du colloque singulier au DMP...
• La représentativité des syndicats médicaux...
• Lettre ouverte aux acteurs de l’éducation thérapeutique du patient...
• Élections à l’Ordre infirmier : taux de participation plus élevé que prévu...
• Visiteurs médicaux, information des médecins et torture...
• Des syndicats médicaux à l’amende pour incitation abusive au dépassement d’honoraires...
• Infirmières, kinésithérapeutes : désOrdres...
• Rémunération des médecins généralistes : les temps changent...
• Les infirmiers en cancérologie pour la reconnaissance de leur spécialité...
• Ordre des infirmiers : un dossier d’Infirmiers.com...
• Création de l’Académie des Sciences infirmières...
• Généraliste, sérieux et drôle : c’est possible !...
• Les infirmières en santé au travail en colloque...
• Cadre de santé : un historique...
• Formation médicale continue "sous dépendance"...
• Comment installer les jeunes médecins dans le désert : les propositions du SMG...
• Deuxième colloque de la Fondation GSK : soigner le sida en Afrique...
• Petit traité de la décision médicale (un livre de Pierre Lecoz)...
• Réforme du statut des praticiens de CHU : une proposition de René Frydman ...
• Les infirmières aiment leur travail, pas leurs conditions de travail...
• Chirurgiens-dentistes : démographie et horizon 2030...
• Réforme de l’Université et facs de médecine...
• Démographie médicale : pour le Conseil national de l’Ordre des médecins, un problème de répartition...
• Médecine du travail et médecine scolaire, spécialités en crise...
• Le Haut conseil des professions paramédicales est officialisé...
• Des hommes sages-femmes...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être