Accueil  > Organisation des soins > L’automédication à petits pas
 
Organisation des soins
 
 
L’automédication à petits pas
janvier 2008, par serge cannasse 

Il y a un an, Alain Coulomb (ancien directeur de l’HAS) et Alain Baumeloup remettaient le rapport qui leur avait été demandé six mois plus tôt sur l’automédication et qui avait été rédigé à partir des travaux d’un groupe de travail dont s’était retiré le CISS (Collectif Interassociatif sur la santé). Pour ce dernier, la discussion était en effet close avant d’avoir commencé, les décisions semblant déjà prises. Celles-ci sont effectivement en cours d’élaboration. Lentement mais sûrement.

Une précision avant de poursuivre : dans ce qui suit, l’automédication est le fait que le patient puisse acheter un médicament sans ordonnance, et non le fait qu’il puisse piocher dans sa pharmacie (ou celle des autres) des médicaments achetés auparavant.

Premier enjeu, majeur : des économies pour l’Assurance maladie

L’automédication recouvre trois enjeux. Le premier, à l’origine des changements annoncés, est économique. Il est de taille : " Selon l’Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (Afipa), un transfert de 5 % de la prescription vers l’automédication permettrait à la Sécu d’économiser 2,5 milliards d’euros par an. Le gouvernement veut donc modifier l’article R-4235-55 du Code de la santé publique qui prévoit que « le pharmacien veille à ce que le public ne puisse pas accéder directement aux médicaments »." (Le Figaro du 18 octobre 2007).

Si on compare la France aux autres pays européens, il est réalisable : " En moyenne, un Français dépense 27 € par an pour des produits d’automédication contre 40 € au Royaume-Uni ou 60 € en Allemagne." (La Croix, 17 novembre 2007). Pour les auteurs du rapport, la France est donc "en retard", ce qui est déjà une interprétation des faits précédents, mais n’allons pas trop vite. Le même article précise que, " en 2006, 3,2 milliards de boîtes de médicaments ont été vendues en France : 1,75 milliard pour les médicaments à prescription médicale obligatoire et 1,45 milliard pour les médicaments à prescription médicale facultative (PMF). Parmi ces médicaments PMF, 406 millions de boîtes ont été achetées en automédication, c’est-à-dire sans ordonnance. Le prix moyen d’un médicament d’automédication était de 4,54 € en 2006."

80 % des médicaments PMF sont remboursés par l’Assurance maladie s’ils sont prescrits par un médecin. Sinon, ils restent à la charge du patient. C’est ce qui expliquerait le faible taux d’automédication français. Conséquence logique : dérembourser certains médicaments. Mais lesquels et comment ?

Deuxième enjeu : l’information du patient

Le rapport d’Alain Coulomb et d’Alain Baumeloup " préconise " un déremboursement homogène et cohérent de certaines classes thérapeutiques ", l’abandon de la notion " mal comprise et péjorative " de médicaments à service médical insuffisant au profit de celle de médicaments " non prioritaires " et l’expérimentation d’un " accès direct " aux médicaments dans les pharmacies. " Il faut également supprimer " la coexistence au sein d’une même classe thérapeutique de produits remboursés et d’autres qui ne le sont pas " (Le Monde du 10 janvier 2007)

" « Selon une vaste enquête, 40 % des consultations chez les généralistes relèvent d’automédication », justifie Marianne Binst, directrice générale de Santéclair, qui regroupe les activités de services en santé d’AGF, de la MAAF et de MMA. " (Libération, 11 janvier 2007) Pour Jean-Paul Giroud, professeur de pharmacologie clinique et membre de la commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments à l’Afssaps, " La vérité est qu’environ 60 % de ces médicaments d’automédication n’ont aucune efficacité. Et ce n’est pas en lisant les boîtes ou les notices que les patients pourront faire un choix éclairé. (Le rapport préconisait d’améliorer la rédaction des notices et de faire des conditionnements adaptés à des traitements de courte durée) Pour que cela marche, il faut leur donner une information de qualité et indépendante de l’industrie pharmaceutique."

L’information des patients est évidemment cruciale. C’est ce qui fait dire à Christian Saoult (vice-président du CISS) que " la logique serait de mener d’abord des campagnes d’éducation sanitaire et de bon usage des médicaments en général avant de passer à l’automédication ", après avoir rappelé qu’il y a déjà 10 000 accidents par an liés aux médicaments. (Libération, 11 janvier 2007)

Autre intérêt pour le patient : les médicaments concernés étant placés "devant le comptoir", il pourrait comparer leurs prix entre officines, ceux-ci pouvant varier dans des proportions importantes. Inversement, ces prix n’étant plus soumis à autorisation, ils pourraient "s’envoler". " Certains industriels sont prêts à relever le pari ", assure M. Coulomb." (Le Monde du 10 janvier 2007)

Troisième enjeu : l’avenir des pharmaciens

L’automédication pourrait renforcer le rôle de conseil des pharmaciens, notamment grâce à un aménagement des officines. Ce qui ne les empêche pas d’être inquiets sur la persistance de leur monopole de vente des médicaments : les grandes surfaces pourront elles s’y mettre aussi ? Tout le monde s’en défend. Ainsi, " Début novembre, la ministre de la santé a répété que seuls les pharmaciens avaient la compétence pour vendre des médicaments. " (La Croix, 17 novembre 2007). Mais la commission européenne est pour...

Gardons la cerise sur le gâteau pour la fin : l’automédication permettrait de " responsabiliser les patients ". Et non plus le médecin prescripteur.




     
Mots clés liés à cet article
  assurance maladie associations pharmaciens automédication médicaments
     
Imprimer cet article

1 Message

  • L’automédication à petits pas

    4 septembre 2008 18:07, par BARONLENEVEU
    Dans nos pharmacies nous avons mis en place un outil de traçabilité et de sécurité de tout produit remis au patient. Chaque acte pharmaceutique est enregistré . Ce qui menera prochainement à la publication d’une étude sur l’influence du pharmacien ( non plus vendeur mais conseiller efficient dans la chaine de soins)dans le suivi pharmaco thérapeutique des traitements cart ce ne sont plus les médicaments mais les traitements qui sont analysés et tout incident est tracé et remonté aux GP. C’est cela l’avenir de la profession de pharmacien . La valorisation de l’acte pharmaceutique qui concerne l’automedication tout comme la prescription pharmaceutique. Y aura t il alors les patients qui ont droit à un suivi pharmaceutique et ceux qui n’y auront pas droit ? CBLN catherine Baron Le Neveu

    Voir en ligne : avenir du metier de pharmacien au service des patients

 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Inventer et produire un médicament...
• Déserts médicaux : un problème de définition...
• Pour des maisons de naissance hospitalières...
• Vers des réseaux de soins agréés par les mutuelles ?...
• Merci de ne pas téléphoner pendant l’intervention...
• Dossier médical informatisé : pas toujours économe …...
• La médecine des 4P : prédiction, personnalisation, préemption, participation...
• Améliorer la santé : une question de méthode...
• Maisons de santé : mode d’emploi...
• Centres de santé : plus que jamais modernes ...
• Quand c’est le patient qui ordonne …...
• Alzheimer : mille euros par mois à la charge de la famille...
• Évaluation par les patients : imparfaite, mais utile...
• Etats-Unis : un institut pour financer des études cliniques comparatives...
• Un antidiabétique trop bien toléré...
• TIC santé : c’est l’infirmier qui est efficace ...
• Des essais cliniques indépendants des labos, mais pas de la bureaucracie...
• Grippe AH1N1 : une question de vocabulaire...
• Sécurité des vaccins anti H1N1 : les contrats permettent ils aux labos de se défausser sur les pouvoirs publics ?...
• L’observation locale en santé : du diagnostic au pilotage de la politique de santé publique...
• Un appel de la SFSP en faveur d’un département "Prévention et promotion de la santé" des ARS...
• L’accès aux soins des plus démunis...
• H1N1 : un essai grandeur nature...
• Le tourisme dentaire séduit de plus en plus de Français...
• Comité technique des vaccinations : experts et conflits d’intérêts...
• Hôpital 2012 : grandeur et décadence...
• Un rhinocéros à l’hôpital...
• La satisfaction des infirmières, indicateur du fonctionnement de l’hôpital...
• Poisson d’avril : l’INPES n’a pas le sens de l’humour...
• La Caisse d’Assurance maladie de l’Yonne organise l’arrestation d’un « sans-papiers »...
• Regroupements hospitaliers : de l’histoire déjà ancienne...
• Comment l’industrie a étouffé les résultats d’un essai clinique...
• Le suivi électronique de son diabète par le patient...
• Le Parlement refuse de mettre au jour les conflits d’intérêts...
• Quand la chimiothérapie tue...
• La qualité des soins dépend elle de leur quantité ?...
• Les lacunes du projet de loi HSPT selon le CISS...
• Données personnelles de santé : le CISS râle...
• Que penser du suivi infirmier après traitement pour cancer du sein ?...
• Livre blanc de l’Association des petites villes de France sur les hôpitaux de proximité...
• Abus des psychotropes : généralistes coupables ?...
• Accès aux spécialistes : quel changement depuis la réforme de 2004 ?...
• Refus de soin : le médecin peut porter plainte !...
• Une introduction à la future loi Santé Patients Territoires...
• DMP : l’avis du Conseil national de l’Ordre des médecins...
• L’avenir de l’industrie pharmaceutique française vu par le président du LEEM...
• Prescription, consommation et fiscalité des médicaments : le rapport de la MECSS...
• L’avenir de l’industrie pharmaceutique française et de ses emplois : une étude publiée par le LEEM...
• L’avenir de l’hôpital passe par la médecine générale...
• DMP : omission partagée du pragmatisme...
• La médecine fondée sur le management...
•  La montée en puissance des CHSCT...
• Opposition du Cisme à la gouvernance de la médecine du travail par la Cnamts...
• L’Ordre des médecins et l’Académie nationale de médecine à la pointe du progrès administratif...
• Dossier pharmaceutique : premier bilan satisfaisant...
• Carte Vitale 2 : le dernier polar de Claude Frémont...
• " La réforme des systèmes de santé " : mise à jour d’un Que sais-je ? indispensable...
• RNV3P : pas un robot, mais un réseau exemplaire de santé au travail...
• Le poids de l’industrie pharmaceutique dans l’information des médecins sur les médicaments...
• Centres de santé et développement des communautés...
• Agences régionales de santé : historique et analyse par Claude Frémont...
• Rapport sur la création des Agences régionales de santé (ARS)...
• CHSCT et prévention des risques au travail...
• Pénurie d’infirmiers libéraux : une note (non publiée) de l’IGAS...
• Médecine du travail : sous contrôle patronal ?...
• Accompagnement des patients, éducation thérapeutique, etc : mettre de l’ordre...
• Sophia : accompagnement des patients diabétiques...
• Rapport IGAS sur l’observance : un précision sur les sources...
• Prise en charge de la santé mentale en France...
• Crise de l’industrie pharmaceutique : le point de vue du Président de Sanofi-Aventis...
• Observance : une des réponses aux difficultés de l’industrie pharmaceutique...
• Retour sur le DMP : masquage des données, ou de la réalité ?...
• Éducation thérapeutique : une définition...
• Accompagnement des malades : les propositions du LEEM...
• Dépistage néonatal de maladies incurabes : un problème éthique majeur...
• Médicaments et recherche : comment innover ?...
• Médicaments et publicité : une mise au point de l’AFSSAPS...
• Parcours de soins : un " premier bilan positif " original...
• Le livre noir de la santé : vraiment noir...
• Affaire Metagenex : ça se corse...
• Affaire Metagenex : exposé des motifs...
• Responsables de pôles : au charbon sans pelle...
• Vallencien et les Ibode...
• Un rapport du Sénat sur les agences de sécurité sanitaire : un besoin de cohérence...
• Un bilan calamiteux de la recherche biomédicale française...
• Recherche en sciences du vivant : une méthode d’évaluation des équipes redoutablement efficace...
• Pour une médecine des adolescents...
• Maisons de naissance : le ministère dit non aux expérimentations...
• La prise en charge des enfants en médecine générale...
• Les systèmes de signalement des événements indésirables en médecine...
• Historique des remboursements : ni DP, ni DMP...
• La commission pour les relations entre hôpital et usagers...
• Un entretien avec Yann Bourgueil...
• Les jeux vidéo pour la recherche médicale...
• La concurrence entre les associations est de plus en plus vive....
• Mise au point de Jean-Jacques Fraslin...
• Une " consultation officinale " problématique ....
• L’association " Élus, Santé Publique & Territoires "...
• Lancement de Avisante : l’évaluation de la qualité des soins par les patients et les usagers...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être