Accueil  > Déterminants de santé > Le travail bien fait : un nouveau facteur de risque ?
 
Déterminants de santé
 
 
Le travail bien fait : un nouveau facteur de risque ?
avril 2007, par serge cannasse 

Mal aimée de la "santé publique" et traditionnellement ignorée des praticiens, la santé au travail semble enfin devenir un sujet de préoccupation majeur, au moins dans les revues sociales et économiques. Stress, souffrance psychique et TMS sont appelés à devenir des sujets de préoccupation aussi prégnants que l’amiante. Le praticien devra éviter l’écueil d’en faire seulement une question de susceptibilité individuelle et saura interroger systématiquement son patient à propos de son travail.

Les conséquences sur la santé de l’intensification du travail ont fait l’objet d’une activité éditoriale intense depuis deux mois, aussi bien dans la presse quotidienne que dans des revues spécialisées. Le rapport récent de la DARES (Ministère du travail) sur les conditions de travail et diverses publications de l’IRDES (Institut de recherche et documentation en économie de la santé) en ont le plus souvent fourni l’occasion.

Ces atteintes à la santé se manifestent principalement par des troubles musculo-squelettiques (TMS) et une « souffrance psychique » liée au stress (dépression, insomnie, etc). « Les recherches récentes montrent que ces troubles relèvent d’une combinaison entre répétition (des gestes-NDLR), pression temporelle et mobilisation de l’attention (…) compromettant des formes de préservation de soi usuellement élaborées par les travailleurs », écrivent Michel Gollac et Serge Volkoff (deux autorités de la sociologie des entreprises) dans un article de la revue Sciences Humaines. Les pathologies ne sont pas réservées à des catégories socioprofessionnelles particulières, mais, observent les deux chercheurs, les cadres et dirigeants « détenteurs de capitaux économiques et culturels » sont « plus protégés de ce basculement », en raison de leur investissement dans un travail qui les intéresse.

Dans la même revue, Marc Uhalde (également sociologue de l’entreprise) note que les tensions sur le lieu de travail ont bien souvent leur origine dans un conflit entre une logique gestionnaire et une logique de métier, entre une culture de manager et une culture du travail bien fait. Elles se manifestent plus volontiers dans certains secteurs d’activité, dont celui des professions de santé (médecins, infirmiers, aides-soignantes, kinésithérapeutes, etc). Dans un article très éclairant de la revue Santé et travail, Philippe Davezies (professeur de médecine du travail, Lyon) renchérit : « Dans tous les secteurs, des transformations du travail améliorent la qualité sur le papier et la dégradent dans la réalité. (…) Travailler correctement nécessite de prendre en considération tout un ensemble de particularités que la hiérarchie n’est pas en mesure de saisir. » Il définit un « trépied symptomatique qui allie dégradation de la qualité, conflits interpersonnels et atteintes à la santé. » Comme lui, tous les auteurs s’accordent pour écarter les interprétations en termes de fragilité personnelle, au profit d’une interprétation en termes d’organisation du travail.

Les médecins de la consultation de pathologie professionnelle du centre hospitalier intercommunal de Créteil en sont conscients, mais il faut bien « venir au secours des salariés malades », comme le note un article d’Entreprise et Carrières. « Pour que le patient guérisse, il faut qu’il cesse de se positionner en victime, que l’estime de soi soit restaurée », remarque Caroline de Clavière, praticienne de cette consultation. « Car souvent, la souffrance est due à un conflit sur l’échelle des valeurs » : constat unanime, donc.

Alternatives économiques consacre lui aussi un dossier au problème, en insistant plus particulièrement sur « la pénibilité physique, qui a eu tendance à se stabiliser ces dernières années pour toutes les catégories socioprofessionnelles, sauf pour les ouvriers, pour lesquels elle continue d’augmenter. » Cette stabilisation fait cependant suite à une aggravation continuelle depuis les années 90. « Le nombre des maladies professionnelles a explosé : + 230 % entre 1996 et 2003. » Cette hausse est liée à l’augmentation du nombre de maladies professionnelles reconnues, à la meilleure information des salariés, mais aussi « à l’accroissement des différentes formes de pénibilité au travail. (…) Ainsi, 77 % des maladies professionnelles dénombrées en 2003 étaient liées à des troubles musculo-squelettiques. » Ce qui fait écrire à Philippe Davezies : « C’est une règle générale : en cas de TMS, il faut regarder le travail. »

Sciences Humaines n° 179, janvier 2007.

Santé et travail n° 57, janvier 2007.

Entreprise et Carrières n° 844, 13 février 2007.

Alternatives économiques n° 255, février 2007.




     
Mots clés liés à cet article
  travail médecin du travail TMS stress
     
Imprimer cet article
 
     
   
  Humeurs
Entretiens
Déterminants de santé
Problèmes de santé
Organisation des soins
Professionnels de santé
Economie de la santé
International
Transversales
Société
Chantiers
Images
Portail
Initiatives
Bonheurs du jour
   
   
Proposer un article
S'inscrire à la newsletter
Mots clés
Emploi
Liens
Contact
 
• Jouir et souffrir au travail...
• Clitoridienne ou vaginale ?...
• Un paradoxe des maladies professionnelles...
• Comprendre les liens entre travail et souffrance mentale...
• Expertise de l’Afsset sur les effets sanitaires des champs électromagnétiques d’extrêmement basses fréquences...
• Le classement en trois listes des grandes entreprises en matière de prévention du stress abandonné...
• Église catholique et contraception : la mémoire courte...
• L’obèse, martyr contemporain...
• Tabagisme passif et infarctus du myocarde : il faut déchanter, de là à se taire ......
• La lutte contre le tabac renforce les inégalités sociales de santé...
• Chlordécone : où sont passés les journalistes ?...
• Cancers et pollution des sols par les pesticides organochlorés (chlordécone) en Martinique : pas de lien évident, selon l’INVS...
• Les substances dangereuses font courir de nouveaux risques croissants aux travailleurs européens...
• Travail des immigrés : plus de monotonie, moins de coopération...
• Amiante : l’Afsset prudente, la Commission européenne irresponsable...
• Pourquoi les sans domicile fixe refusent-ils d’être pris en charge ?...
• Santé mentale au travail : une étude aux résultats incontestables...
• La santé précaire au travail...
• Santé au travail : DRH et salariés ne partagent pas les mêmes avis...
• Santé au travail : une mise au point de la FNORS...
• Subventionner un vélo pour moins polluer...
• Sous déclaration des accidents du travail et des cancers professionnels...
• Un communiqué de l’Afsset sur les éthers de glycol...
• Le marché de la prostitution...
• Violences au travail : les "obligés du public" sont les plus exposés...
• Le repas depuis 45 ans : moins de produits frais, plus de plats préparés...
• Signature d’un accord national sur le stress au travail...
• Quelles politiques pour davantage de bébés ?...
• Arrêt du tabac : un comportement plus collectif qu’individuel...
• Une vieille dame tenace et pleine d’humour...
• Les chiffres édifiants de la morbidité routière...
• Santé et travail en Europe...
• Travail : trois injonctions paradoxales...
• Efficacité et convivialité dans l’entreprise...
• Les structures d’accueil pour jeunes enfants : disparités géographiques et manque de place...
• Stress au travail : une très bonne introduction par l’INRS...
• Droit opposable à la garde d’enfants : dévêtir Pierre pour habiller Paul...
• Devenir adulte en Europe...
• Prisons et psychiatrie...
• Violences physiques : près de la moitié au sein des familles...
• Faible recul des ventes de tabac en 2007...
• Bon accueil des messages sanitaires sur l’alimentation...
• Téléphones portables : danger pour les tomates !...
• Un miracle laïc : la chute du taux d’infarctus en un temps record...
• Un point de vue pour la légalisation des mères porteuses ...
• Un communiqué de l’AFSSET : légionnelles dans les tours réfrigérantes...
• Les centenaires d’Okinawa...
• Renault : décréter la convivialité...
• Usine Renault Cléon : pressions pour renoncer aux arrêts de travail...
• Centres d’appel téléphonique : la mauvaise réputation...
• Pénibilité au travail : négociations interrompues...
• La santé des plus pauvres...
• Grands-parents : une figure sociale renouvelée...
• La Grande-Bretagne autorise des chimères homme-animal...
• Exposition professionnelle aux produits cancérogènes ...
• Pollution au travail et maladies cardiovasculaires : un lien démontré...
• Les femmes font plus de semaines de 35 heures par an que les hommes...
• Le corps de chacun : celui de sa catégorie sociale...
• Sport et santé sont dans le même bateau, ... ...
• Plus d’un million de foyers bénéficient du RMI...
• Toxicité : un OGM innocenté...
• La Grande-Bretagne déclare la guerre à l’excision...
• Homoparentalité : une réponse à Sylviane Agacinsky...
• Homoparentalité : le point de vue de Sylviane Agacinski...
• Automutilations...
• Observance (suite) : la réponse de Denise Silber à Ethicaceutic...
• Baisse du nombre de médicaments vendus en France en 2006 (6,7 %)...
• IVG et contraception : un problème de prescription et/ou d’information ?...
• En avoir ou pas...
• Contrefaçon de médicaments : l’Europe touchée....
• Vieillissement de la population : une opportunité ?...
• De quoi souffre t’on ? Etat des lieux des maladies déclarées en France....
• Observance : la réponde d’Ethicaceutic à Denise Silber...
• Le vécu de la grossesse ...
• L’observance : un article de synthèse par Denise Silber...
• Les solidarités familiales en France...
• Un sondage de l’ANACT sur la qualité de vie au travail...
• Les Français et le grand âge...
• Le recours au médecin explose depuis 1980...
• La bataille des acides gras "trans"...
• L’organisation apprenante préserve la santé au travail...
• Discriminations : les fumeurs aussi...
• Le dîner, dernier refuge de la sociabilité en famille ?...
• La souffrance des adolescentes...
• Un suicide reconnu comme accident du travail...
 
 
 
 
Wikio - Top des blogs - Santé et bien être